Interview des coach à mi-chemin

Comment ressentez-vous cette première phase de matchs aller ?

Claude : si on avait su dès le départ que 29 points allaient être pris, j’aurais signé. On a une qualité basée sur l’offensive et on sait qu’on doit travailler sur la phase défensive. Je suis très satisfait de l’esprit de groupe qui règne dans cette équipe.

Alex : on est très satisfait du début de saison. Sur les deux dernières journées, il y a des points particuliers sur lesquels on doit s’améliorer. Il faut qu’on passe encore une étape pour essayer de faire au moins la même chose au niveau comptable sur la phase retour. Quand on voit l’écart de points sur les 4 dernières équipes, on n’aura pas le droit à l’erreur et on a des gros matchs extérieurs qui nous attendent.

On n’aura pas le droit à l’erreur et on a des gros matchs extérieurs qui nous attendent. Alex.

Quel esprit règne au sein de l’équipe et vos impressions lors du dernier match aller ?

Claude : le voyage à Pisek au départ et les victoires font que l’ambiance est positive. Mais les victoires n’ont pas pour autant caché la misère ! On gagnait certains matchs par individualité. Le système en lui-même n’était pas encore bien huilé mais depuis Neuilly, cela fonctionne. Pour Val Vanoise, psychologiquement, l’équipe n’était pas du tout là. C’était pas faute de s’être préparé mais on est tombé sur une équipe qui a joué par à coups, avec une individualité qui a fait la différence. Nous, on avait la tête en vacances. Notre attitude ne reflétait pas notre début de saison.

Alex : le match piège par excellence ! On l’a vu sur les buts qu’on a pris. C’était des erreurs qui pouvaient être évitées. A 3/0 pour Val Vanoise, on n’était pas inquiet, on savait ce que l’équipe était capable de faire offensivement. Le tournant du match, c’est l’égalisation de Campbell à une minute de la fin du deuxième tiers, à 4/4. Ça nous a aidé.

entraineurs-bureau

 

De nouvelles stratégies de jeux avant la reprise de match le 10/12 ?

Alex : on a hâte que ça reprenne et en même temps on pense aux 20 longs jours avant de rejouer !

Claude : toutes les équipes passent par 4 phases : la préparation en début de saison, l’aller, le retour et les play off. Pour nous, comparativement aux autres équipes, on vit une 5ème phase avec cette période de vide. On va tout revoir de A à Z, retravailler tactiquement et physiquement.

Alex : …Et psychologiquement ! Car dans la tête, ne pas jouer pendant tout ce temps, c’est long !

Claude : il faut arriver frais, pas être trop brulé le 10/12. Le dosage est compliqué…

Alex : et puis caler des matchs amicaux était difficile car la Magnus joue, la D1 aussi, les équipes italienne et suisse sont dans leur championnat…

 

Et que pensez-vous du championnat de Division 1 ?

Alex : Le niveau est homogène et il augmente avec le résultat de la coupe de France. Deux équipes de D1 ont éliminé 2 équipes de LM. Le niveau est élevé. Et ces bons résultats valorisent la D1.

Claude : Malheureusement, il n’y a pas assez de matchs en D1 et il manque une équipe. Certains clubs ne voudront peut-être pas rajouter 1 match par semaine parce que dans la D1 certains joueurs travaillent en parallèle. C’est un championnat à trois vitesses. Ceux qui travaillent le mieux se détacheront. L’écart va se creuser mais il y aura des surprises.

 

Une des forces du club de Briançon, c’est que tout le monde est à sa place. Claude.

 

Comment se passe les relations au sein du club ?

Claude : Une des forces c’est que tout le monde est à sa place. Notre mode de fonctionnement avec Alex est génial. On se dit les choses et on les fait. Il y une bonne ambiance de travail. On se découvre à chaque fois et on se complète! (rires). Ca fait discours de petit couple mais c’est presque obligatoire d’avoir une bonne entente !

Alex : On a passé 2 jours à Genève, ça nous a fait du bien aussi de sortir de Briançon, on a vu des choses intéressantes, on a pris des idées. C’est essentiel d’aller voir ce qui se passe ailleurs, c’est enrichissant et tu reviens reboosté. Ça permet de se rendre compte aussi si on est dans le bon chemin. C’est rassurant.